mercredi 30 juin 2010

When you are strange....

La journée avait bien commencée pourtant. Un beau Soleil d'hiver. Un temps froid et sec qui pique les sens et réveille l'esprit. Une simple balade pour aller acheter du pain à la boulangerie. Et puis le premier coup de feu avait retentit.

C'est étrange comme les gens réagissent dans ce genre de situations. Instinctivement, les corps se crispent, les têtes se rentrent, les dos se voûtent. Quand l'homme se transforme en tortue...Le miracle de la vie. Peut être qu'en des temps reculés cette position avait permis aux premiers primates d'effrayer leurs prédateurs naturels, mais désormais avoir l'air idiot ne suffisait plus à arrêter les balles. Après un temps, la curiosité l'emporte et les têtes se tournent vers l'origine supposée du bruit qui à perturbé un dimanche si tranquille. Les regards se tournent vers moi, et le pistolet qui repose fumant dans ma main droite.

Que diable peut bien faire une arme à feu dans ma main? Quel besoin pouvais-je bien avoir de transporter ce genre de choses, surtout un dimanche matin! J'ai parfois des idées saugrenues. Cette fois je me sens tout de même un peu dépassé.
Réalisant enfin qu'un réel danger se présente, moi en l'occurrence, la panique s'empare de la piétaille dominicale. Ca hurle à qui mieux-mieux, qu'on va mourir. Et que je te marche dessus, et que je m'évanouis, et que je pleure parce que ma maman est morte. Ca court et ça se bouscule dans tous les sens. C'est le bordel. Du coup je n'arrive pas vraiment à identifier la victime de mon tir. Il semblerait que c'est une femme. Elle git inerte. La chemise blanche qui cintrait si bien sa partie haute se retrouve maculée de sang. Touchée en plein coeur, pas de chance...Y a des jours comme ça où il ne vaut mieux pas sortir de son lit. Une chose est sûre: je suis bon tireur.
La scène est étrange. Je suis dans un film de John Woo. La foule court en tous sens au ralentit. Il y aurait des colombes s'élançant au ralenti que ça ne semblerait pas plus bizarre que ça. Afin de reprendre mes esprits, je décide de reprendre ma ballade initiale. Après tout le soleil brille, et ne pas en profiter serait un crime.Cet homme furieux qui se met en travers de mon chemin semble être d'accord avec moi, car il me traite de "meurtrier".
Il ne semble pas comprendre que j'ai une arme à feu en ma possession. Peut être qu'il en à une lui aussi. Je prends soudain peur...Je n'ai jamais été confronté à quelqu'un portant une arme à feu, et je ne sais vraiment pas comment je réagirais si cette situation arrivait un jour. Je pense que je serai terrifié. Le monsieur semble à la fois triste et en colère. C'est sa femme que j'ai dû atteindre en plein coeur. Il est jaloux peut être...Si je lui faisais part de mon trait d'esprit, je ne pense pas qu'il trouverait ça aussi drôle que moi. Je décide donc d'exhiber mon arme afin de lui faire reprendre ses esprits. Un canon pointé vers la caboche, notre mari furieux fait moins le malin. Il semble soudain comprendre que sa vie ne tient qu'à un fil. Si sa femme est morte par l'un de mes caprices, il pourrait tout aussi bien subir le même sort. Personne ne veut mourir, moi inclus. C'est sûrement pour ça que je me ballade avec un une arme de poing automatique pour aller chercher le pain... Notre casanova se met à pleurer à mesure que j'avance vers lui. "Pourquoi?!... S'il vous plaît!". Tantôt il s'indigne, tantôt il m'implore: il faudrait savoir.
Autant je n'avais pas senti le coup partir pour son épouse, autant je décide de tuer ce bougre de mon plein gré et avec une application exemplaire. Voyant le chien de mon arme reculer, il se laisse tomber au sol et se replie en position foetale. Ca a le don de m'énerver un peu plus. Comme ces longs insectes avec plein de pattes qui se roulent en boule quand tu les touches. Petit, je finissais toujours par les écraser du pied. C'est décidé, cette fois je le tue. Clic. Une balle dans la tête. Son corps subit un léger sursaut puis se déplie au ralentit pour finir dans une position grotesque. Clic. Une autre balle dans le torse. Je m'attends à un autre sursaut, comme dans les films. Il n'en est rien. ce n'est déjà plus qu'un cadavre sur lequel je vide le reste chargeur. Clic. Clic. Clic. Clic. Clic... Je suis un peu déçu. Je m'attendais à ce que ce soit un peu plus...Grisant. Pas même une décharge d'adrénaline, même pas la satisfaction d'un travail accompli. Juste appuyé plusieurs fois sur la gâchette pour voir ce qu'il se passerait. Tuer c'est nul. Au moins ça, maintenant, je le sais. Je mourrai moins bête.
Après un court moment de réflexion, je décide qu'il est mieux d'attendre la police. C'est une attitude raisonnable et responsable. Je m'assieds près du cadavre, laissant reposer l'arme à mes pieds. Le ciel est moins beau quand on observe son reflet dans le sang. Il en est même déprimant. Il fait si beau pourtant.
La police saura sûrement quoi faire de moi. J'ai tout de même tué deux personnes. Je ne me souviens même pas avoir jamais acheté d'arme à feu. Quel idée d'ailleurs d'en transporter une pour aller à la boulangerie...Mon cas est grave et je décide de m'en remettre à des instances compétentes. Assis sur le trottoir, les pieds trempant dans ma victime, j'attends les forces de l'ordre en fredonnant une chanson des Doors.

"People are strange when you're a stranger
Faces look ugly when you're alone
Women seem wicked when you're unwanted
Streets are uneven when you're down

When you're strange
Faces come out of the rain
When you're strange
No one remembers your name
When you're strange
When you're strange
When you're strange... "

8 commentaires:

Heloise a dit…

put*** ca m'avait manqué!! et ca fait du bien. juste "a perturbé" ;)
bisous

Sébastien a dit…

Balade, pas ballade.
Je mourrAI moins bête, pas mourraiS.

Sinon, j'ai bien aimé.

RiyeT a dit…

Bah ça c'est gentil Sébastien

Bastien ß) a dit…

Si il y a avait un bouton "J'aime" je cliquerai dessus.
Mais Facebook est déjà assez puissant comme ça, pas besoin de venir piétiner Blogger.
Donc je n'aurais pas cliqué en fait si il y en avait eu un.
[...]
C'est dommage quand même parce que j'aime vraiment beaucoup.
Invente un bouton "J'aime vraiment beaucoup".
Merci.

(J'adore, alors je repasserai ! :) )

RiyeT a dit…

Merci pour ce très beau compliment. Repasse quand tu veux!

Tavrox a dit…

L'histoire est intéressante, on comprend vite son etat d'esprit a moitie dement. Bonne exploration de la folie.
Juste peut etre le coup du mari indigné, c'est gros. Trop gros a mes yeux.

Un petit dialogue bien construit entre le tueur et le mec ça aurait ptet ajouté un aspect a l'histoire.

Ps: c'est vraiment relou blogger pour commenter.

RiyeT a dit…

Je voulais plutôt partir dans le non sens, dans le surréalisme, l'absurde de la situation. Pas du tout du côté réalisme. En tout cas j'apprécie tes commentaires qui sont très constructifs.

Tavrox a dit…

Je vois, je n'ai pas encore l'habitude avec le surréalisme et l'absurde, je n'en lis jamais ; en plus d'être un rationnaliste ça n'aide point.